Librettistes

Les relations entre Rameau et ses différents librettistes firent l’objet dès le début de critiques tenaces : livrets médiocres, tyrannie et avarice de Rameau, travail impossible avec le compositeur… Pourtant, Rameau bénéficia, pour le choix de ses collaborateurs, du formidable vivier que constituait le salon de La Pouplinière, son mécène. Il put ainsi aller de Pellegrin à Cahusac, et passer de la tragédie en musique – sur le déclin – aux actes de ballet adaptables à merci. Tous ces librettistes contribuèrent, dans la mesure de leurs talents, à aider Rameau dans sa conception nouvelle du spectacle lyrique en instaurant un système conçu autour de sa musique, indépendamment de la valeur du livret. Cette révolution fut totalement incomprise en son temps, comme en témoigne le Mercure de France lors d’une reprise de Zaïs : « Tout le charme d’une musique également agréable et savante, n’a pu soutenir, à cette reprise, le vice et l’absurdité des paroles de cet opéra… L’espèce de vénération très justement acquise au génie du célèbre auteur de la musique de Zaïs a fait sentir avec regret l’erreur d’un système dont les partisans prétendaient que la musique seule décidait du sort d’un opéra, et que le poème n’avait presque point d’influence sur son succès. ». Il semble qu’une telle incompréhension persiste encore de nos jours.

[Patrick Florentin]

  • Autreau Jacques (1657-1745)

    RMN
  • Airs Choisis

    gallica-BNF
  • La danse ancienne et moderne, ou Traité historique de la danse

    Gallica-BNF
  • Antoine Houdart de la Motte (1672-1731), dramaturge

    RMN
  • Jean-François Marmontel, homme de lettres

    RMN
  • Alexis Piron (1689-1775), élu à l'Académie française en 1753 (mais non reçu), écrivain

    RMN
  • François Marie Arouet de Voltaire, dit Voltaire (1694-1778)

    RMN